Doit-on faire payer les patients qui manquent leur rendez-vous médical ?

53 addictologues appellent à soutenir le mois sans alcool : Dry January

Chaque année, l'alcool est responsable de plus de 40...

Intoxication au monoxyde de carbone à Saint-Alban: c’est grave

Le vendredi 8 décembre, des élèves de l'école de...

Alerte sanitaire : un insecticide sous haute surveillance

Un récent rapport de l'Anses met en cause l'insecticide...

Maj le 25 novembre 2023


Les professionnels de la santé, en particulier les dentistes, demandent une compensation financière lorsque les patients manquent à leurs rendez-vous. Cette pratique exaspère les praticiens qui se retrouvent fréquemment confrontés à des absences non justifiées.

Le fléau des rendez-vous non-honorés chez les médecins

Les rendez-vous non-honorés sont un problème majeur pour les professionnels de la santé, et selon le Docteur Fabrice Katan, chirurgien-dentiste, ce phénomène est particulièrement répandu chez les dentistes. Selon lui, les patients ont tendance à annuler ou ne pas se présenter à leur rendez-vous dès qu’ils commencent à ressentir un soulagement de leur douleur. Cela est particulièrement fréquent chez les patients qui avaient pris rendez-vous en raison de douleurs dentaires. D’après la plateforme Doctolib, plus de 6% des rendez-vous chez les dentistes sont des rendez-vous non honorés, mais ce problème concerne l’ensemble des professionnels de santé.

poser-un-lapin

Une taxe lapin votée par le Sénat pour lutter contre ce problème

Face à ce phénomène préoccupant, le Sénat a récemment voté en faveur d’une taxe à imposer aux patients indélicats qui ne respectent pas leurs rendez-vous médicaux. Bien que l’idée d’une sanction soit bien accueillie, la question de sa mise en œuvre reste néanmoins en suspens. Il est important de souligner que les rendez-vous non honorés sont particulièrement frustrants pour les patients qui peinent à trouver des créneaux disponibles. Ces rendez-vous perdus représenteraient ainsi près de 27 millions de créneaux gaspillés chaque année, un chiffre alarmant qui nécessite des actions concrètes pour y remédier.