Angers veut taxer les logements vides

Philippe DONNART

appartement-insalubre


A Angers, une ville située dans le Maine-et-Loire, on estime qu’environ 4 000 logements se retrouvent inoccupés. La municipalité réfléchit à instaurer une taxe pour encourager les propriétaires à proposer ces logements à la location.

Angers : La difficile recherche de logement pousse à la réflexion sur la taxation des logements vacants

Depuis de nombreuses années, la quête d’un logement à Angers (Maine-et-Loire) est un véritable casse-tête pour de nombreux habitants. La pénurie de logements disponibles pousse les autorités locales à explorer de nouvelles pistes, dont la taxe sur les logements vacants, une idée qui séduit particulièrement les étudiants qui peinent à trouver un logement chaque rentrée.

Selon les données du service des impôts, environ 4 000 logements seraient actuellement vacants à Angers. Face à ce constat inquiétant, la municipalité envisage la mise en place d’une taxe d’habitation sur les biens inoccupés depuis deux ans, dans le but d’inciter les propriétaires à les remettre sur le marché locatif.

Des avis partagés sur la taxation des logements vacants

Si cette mesure semble séduire de nombreux citoyens en quête de logement, elle suscite également des réactions mitigées. En effet, pour une association de propriétaires, laisser un logement vacant n’est pas toujours un choix par convenance. Il arrive parfois que des travaux de rénovation énergétique soient en cours, rendant le bien inhabitable temporairement.

Jean-Marc Verchère, maire MoDem d’Angers, souligne que ces logements pourraient être mis à disposition de personnes dans le besoin, au lieu de rester inoccupés. La taxe envisagée s’élèverait à 17% de la valeur locative, une somme qui pourrait inciter certains propriétaires à mettre en vente leur bien plutôt que de s’acquitter de cette taxe supplémentaire.

Un agent immobilier souligne également que tous les propriétaires ne sont pas nécessairement prêts à engager des travaux pour remettre leur logement sur le marché locatif. La mise en place d’une taxe sur les logements vacants pourrait donc avoir des conséquences inattendues, en poussant certains propriétaires à se séparer de leur bien plutôt que de le remettre en location.

À l’heure actuelle, la discussion est ouverte à Angers concernant la faisabilité et l’impact de la taxation des logements vacants. Les autorités locales doivent prendre en compte les différents avis et intérêts en jeu avant de prendre une décision finale sur cette mesure controversée.