Baisse des taux booste l’immobilier : à la une de notre reportage

Philippe DONNART

relance-achat-immobilier


Depuis le mois de mars, les taux des crédits immobiliers ont commencé à baisser, ce qui a donné un nouvel élan à l’activité des professionnels de l’immobilier. Cette tendance a été bénéfique pour le secteur, qui voit une augmentation significative de ses transactions. Les acheteurs sont également plus enclins à investir dans l’immobilier grâce à ces taux attractifs, ce qui dynamise encore davantage le marché. En conséquence, les acteurs de l’immobilier sont plus sollicités et voient leur activité se développer de manière soutenue.

Les taux de crédit immobilier amorcent une baisse : vers une reprise du marché immobilier

La nouvelle tant attendue est enfin arrivée en février : les taux de prêts immobiliers ont commencé à baisser, passant de 4,17% à 4,11%. Même s’ils ne sont pas encore au niveau historiquement bas de 1,1% il y a trois ans, cette diminution signifie un vent d’optimisme pour le secteur de l’immobilier, avec une reprise de l’activité en perspective.

À Fontainebleau, dans une agence Century 21, l’agent commercial Laurence voit son bureau se remplir de trousseaux de clés et son emploi du temps se charger : “Je pars en visite, j’ai commencé la journée par une estimation, je termine la journée par une estimation et, demain, je serai en signature. Ensuite, à nouveau en estimation… On est tous les cinq, à l’agence, très occupés.”

« Une sorte de confiance qui s’est remise en place »

Le téléphone a recommencé à sonner davantage en début d’année, mais c’est le mois dernier que le véritable changement s’est produit : “Ça bouge à tous les étages. Les clients qui souhaitent vendre se remettent à demander des estimations et à nous confier les mandats, et les acquéreurs reviennent. Il y a une sorte de confiance qui s’est remise en place. Nous sommes très sollicités pour estimer, visiter et pour vendre. Ça a repris pendant tout le mois de mars, avril s’annonce de la même couleur.”

Le moral est au beau fixe, d’autant plus que l’agence a enregistré 25% de compromis supplémentaires entre le dernier trimestre de l’année précédente et le premier de cette année. Anthony, un primo-accédant de 27 ans, voit enfin son projet immobilier se concrétiser après deux ans d’attente. La baisse des taux, des prix et même de l’inflation ont joué en sa faveur : “Je ne m’y attendais pas. J’ai réussi à faire baisser le prix de la maison d’à peu près 15% du fait qu’elle était à vendre depuis près de trois mois. Le propriétaire a voulu conclure une vente assez rapidement. Je pense que là ça commence à s’inverser.”

Est-ce la fin de la crise pour le marché immobilier ? Sabine, directrice de l’agence, reste optimiste mais prudente : “La seule petite chose qui m’inquiéterait éventuellement, c’est que les vendeurs, vu que les banques rouvrent les vannes et que le taux des prêts redescend, redeviennent assez exigeants au niveau du prix. Si on repart là-dedans, je pense qu’on aura de nouveau la problématique d’un blocage. C’est à nous de faire entendre raison aux vendeurs.”

Malgré cette lueur d’optimisme, tous les indicateurs ne sont pas encore au vert, avec moins de 10 milliards de crédits accordés aux particuliers chaque mois depuis le début de l’année, contre 25 il y a deux ans. Une vigilance accrue reste donc de mise pour anticiper l’évolution du marché immobilier dans les mois à venir.