Charentaise : victime de son succès ! 🌟

Philippe DONNART

la-charentaise


Depuis le dĂ©but de la crise sanitaire, la demande de Charentaises a considĂ©rablement augmentĂ©, notamment en raison de l’engouement pour le « Made in France ». Cependant, un problème se pose : la production de ces chaussons est ralentie par une pĂ©nurie de feutres.

La pénurie de rouleaux de feutre en laine touche la fabrication des charentaises

Les rouleaux de feutre en laine haut de gamme sont des Ă©lĂ©ments essentiels pour la fabrication de la cĂ©lèbre pantoufle Charentaise. Selon Olivier Rondinaud, co-gĂ©rant de « L’Atelier Charentaises », il s’agit du feutre historique utilisĂ© depuis trois siècles dans la confection de ces chaussons iconiques. Ce feutre est produit dans une manufacture unique en France, Ă©tablie dans le Tarn depuis 1865. Cependant, la demande croissante pour des chaussons fabriquĂ©s en France a entraĂ®nĂ© une pĂ©nurie de matières premières.

Pénurie de matières premières impactant la fabrication

En raison de cette pĂ©nurie de rouleaux de feutre, la production de la petite entreprise de La Rochefoucauld (Charente) est fortement limitĂ©e, ce qui se traduit par des niveaux de stock très bas. Olivier Rondinaud dĂ©plore le fait que, normalement, Ă  ce moment de l’annĂ©e, leurs Ă©tagères devraient ĂŞtre presque pleines, mais qu’actuellement, il n’y a pratiquement plus rien. Les dĂ©taillants Ă©prouvent des difficultĂ©s Ă  approvisionner leurs magasins, notamment un commerçant charentais possĂ©dant plusieurs boutiques dans la rĂ©gion.

« L’Atelier Charentaises », reconnu pour sa fabrication artisanale de pantoufles au cousu retournĂ©, est confrontĂ© Ă  cette situation qui affecte l’ensemble de la filière. Cette mĂ©thode de fabrication traditionnelle est un gage de qualitĂ© et sĂ©duit de plus en plus les consommateurs français, ce qui accentue d’autant plus la pression sur les approvisionnements en rouleaux de feutre en laine.

Un HĂ©ritage SĂ©culaire : L’Origine des Charentaises

L’histoire de la Charentaise remonte au 17e siècle, dans la rĂ©gion Poitou-Charentes, oĂą elle fut d’abord conçue comme un produit de rĂ©cupĂ©ration. Les ouvriers des papeteries locales utilisaient des chutes de feutre de laine pour se confectionner des semelles intĂ©rieures, offrant isolation et confort pendant les longues heures de travail. Le savoir-faire artisanal local transforma rapidement ces semelles rudimentaires en vĂ©ritables chaussons, en utilisant la technique du « cousu-retourné » qui garantissait durabilitĂ© et esthĂ©tique. Cette mĂ©thode de fabrication, transmise de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration, a non seulement survĂ©cu mais a Ă©galement prospĂ©rĂ©, faisant de la Charentaise bien plus qu’un simple chausson : un symbole du patrimoine et de l’ingĂ©niositĂ© français.

Au fil des siècles, la Charentaise s’est imposĂ©e comme un incontournable du confort domestique français, traversant les frontières pour sĂ©duire un public international. Aujourd’hui, malgrĂ© les dĂ©fis de production et la pĂ©nurie de matières premières, l’engouement pour ces chaussons tĂ©moigne de leur qualitĂ© indĂ©modable et de leur place spĂ©ciale dans le cĹ“ur des amateurs du « Made in France ». Leur histoire riche et leur fabrication artisanale continuent de les distinguer dans un monde oĂą l’authenticitĂ© et le savoir-faire sont de plus en plus valorisĂ©s.