Gabriel Attal exige des résultats sur la crise du logement d’ici 2027.

Philippe DONNART

logement-etudiant


Le gouvernement intensifie ses efforts en matière de politique du logement, avec pour objectif l’atteinte de ses objectifs d’ici la fin du second mandat d’Emmanuel Macron.

Gabriel Attal déterminé à résoudre la crise du logement en France

Le ministre Gabriel Attal a affirmé sa détermination à trouver des solutions pour pallier à la crise du logement en France. Suite à des critiques sur son retard à nommer un ministre en charge du dossier, Guillaume Kasbarian, il assure qu’il mettra tout en œuvre pour répondre aux besoins de logements dans le pays.

Alors que l’offre locative a diminué de 36% en deux ans selon le site spécialisé SeLoger.com, la demande continue d’augmenter, entraînant une hausse des loyers de +3,5% en moyenne en 2023. Cette situation critique nécessite des mesures rapides et efficaces pour garantir un logement décent pour tous les citoyens.

Développement et simplification des procédures

Pour faire face à cette crise, le gouvernement prévoit de simplifier les procédures de construction et d’accélérer le rythme des projets immobiliers. Gabriel Attal souhaite relancer des projets dans 22 territoires prioritaires, totalisant 30 000 logements, de Villejuif à Dunkerque en passant par d’autres villes comme Dieppe, Toulouse, Bordeaux et Marseille.

Le ministre envisage la construction de logements « à la verticale » en surélevant des bâtiments là où c’est possible, tout en veillant à préserver les maisons individuelles, considérées comme « le rêve français ». Il prévoit également de simplifier les démarches pour permettre aux propriétaires de construire un logement supplémentaire sur leur terrain, ainsi que de promouvoir le logement social et d’atteindre l’objectif de 35 000 logements étudiants d’ici 2027.

Des défis à relever

Malgré cette volonté affichée, certains acteurs du secteur immobilier restent sceptiques. Loïc Cantin, président de la Fédération française de l’immobilier, estime que les mesures proposées par Gabriel Attal ne seront pas suffisantes pour répondre à tous les besoins en logement. De plus, la question du financement, notamment le rôle des banques dans l’octroi de prêts aux ménages, reste un enjeu crucial à aborder.

En conclusion, la crise du logement en France nécessite des actions concrètes et un engagement fort de la part des autorités pour garantir à tous un accès à un logement décent. Gabriel Attal semble déterminé à relever ce défi, mais il reste encore de nombreux obstacles à surmonter pour atteindre cet objectif.