TotalEnergies bat tous les records avec un bénéfice de 19,8 milliards d’euros en 2023

Philippe DONNART

projets-fossiles-producteurs-petroles


Bien que TotalEnergies affirme son engagement dans les énergies renouvelables, la majeure partie de ses profits provient encore des énergies fossiles, principalement du gaz et du pétrole.

TotalEnergies : bénéfice record malgré la pression sur les carburants

En 2023, le géant TotalEnergies a annoncé un bénéfice sans précédent de 19,8 milliards d’euros, alors que le prix des carburants reste plafonné à 1,99 euro le litre. Malgré cet écart financier, TotalEnergies continue d’investir dans les énergies renouvelables telles que l’éolien et le solaire, mettant en avant son engagement dans la transition énergétique. Cependant, ces résultats financiers sont largement dus aux énergies fossiles, principalement le gaz (48 % des ventes) et le pétrole (44 %).

Des projets critiqués par les ONG

Certaines ONG critiquent vivement les projets de TotalEnergies axés sur les hydrocarbures, les considérant comme préjudiciables pour le climat et les droits humains. Edina Ifticène, chargée de campagne énergies fossiles chez Greenpeace France, souligne que les projets fossiles posent un problème majeur, non seulement pour le climat, mais aussi pour les droits humains. La commission parlementaire a d’ailleurs examiné les activités de TotalEnergies afin de garantir le respect des objectifs climatiques de la France.

Perspectives et réactions

Malgré les critiques, TotalEnergies a publié des résultats financiers solides, sans pour autant renoncer à ses activités liées aux énergies fossiles. Patrice Geoffron, professeur d’économie à l’université Paris Dauphine et directeur du Centre de géopolitique de l’énergie et des matières premières, a commenté ces résultats de manière positive, soulignant l’importance économique et géopolitique de l’entreprise.

La question de l’équilibre entre les activités liées aux énergies fossiles et les investissements dans les énergies renouvelables reste au cœur des débats, alors que TotalEnergies continue de prospérer malgré les pressions liées au prix des carburants.