Alerte : près de 2 400 événements graves liés aux soins signalés en 2022 !

53 addictologues appellent à soutenir le mois sans alcool : Dry January

Chaque année, l'alcool est responsable de plus de 40...

Intoxication au monoxyde de carbone à Saint-Alban: c’est grave

Le vendredi 8 décembre, des élèves de l'école de...

Alerte sanitaire : un insecticide sous haute surveillance

Un récent rapport de l'Anses met en cause l'insecticide...

Maj le 22 novembre 2023


Le sixième bilan annuel de la HAS révèle que presque la moitié de ces incidents indésirables ont entraîné la mort des patients.

Près de 2 400 événements indésirables graves associés aux soins signalés à la Haute Autorité de Santé

L’année dernière, près de 2 400 événements indésirables graves associés aux soins (EIGS) ont été rapportés à la Haute Autorité de Santé (HAS), qui a publié son sixième bilan annuel sur ce sujet précis. Cette révélation a été faite à l’occasion de la semaine de la sécurité des patients,qui se déroule jusqu’à vendredi. La HAS constate que « 51 % des EIGS auraient pu être évités en 2022 ». Ces événements ont souvent des conséquences graves et, dans 48% des cas, ils ont conduit au décès du patient. Dans 30% des cas, le pronostic vital est engagé et dans 22% des cas, il y a un « probable déficit fonctionnel permanent ».

Les causes principales des événements indésirables graves associés aux soins

La Haute autorité de santé tire plusieurs enseignements des déclarations anonymisées des événements indésirables graves associés aux soins reçues au cours de l’année dernière. La grande majorité de ces événements se sont produits dans un établissement de santé tel qu’un hôpital ou une clinique, et dans 27% des cas, il s’agit d’erreurs liées aux soins ou à leur organisation. Les erreurs médicamenteuses et iatrogènes, ainsi que les erreurs liées à une procédure opératoire ou anesthésique, représentent également des causes importantes de ces incidents. En outre, 24,9% de ces EIGS sont la conséquence « d’actions du patient contre lui-même » (suicide, tentatives de suicide).

Les patients les plus touchés

Les événements indésirables graves associés aux soins concernent principalement des patients âgés de plus de 60 ans (56%) et elles surviennent dans 52% des cas dans des situations d’urgence. Enfin, 39% des EIGS se produisent dans des périodes vulnérables, telles que la nuit, le week-end ou les jours fériés.

Augmentation des signalements

Le nombre de signalements d’événements indésirables graves associés aux soins a augmenté de 27% entre 2021 et 2022, avec 2 385 déclarations reçues en 2022, contre 1 874 l’année précédente. La HAS estime néanmoins que ce chiffre reste en deçà du nombre réel d’EIGS survenant en France. Elle se félicite toutefois de cette hausse des signalements, qui, selon elle, résulte d’une meilleure connaissance du dispositif et d’une culture de la sécurité des professionnels en progression.

Entre mars 2017 et le 31 décembre 2022, la HAS a reçu 7 347 déclarations anonymisées d’EIGS et encourage l’ensemble des professionnels à déclarer et analyser plus systématiquement ces événements, soulignant qu’ils sont un maillon essentiel de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.