Novo Nordisk : Succès inquiétant des antidiabétiques comme coupe-faim

53 addictologues appellent à soutenir le mois sans alcool : Dry January

Chaque année, l'alcool est responsable de plus de 40...

Intoxication au monoxyde de carbone à Saint-Alban: c’est grave

Le vendredi 8 décembre, des élèves de l'école de...

Alerte sanitaire : un insecticide sous haute surveillance

Un récent rapport de l'Anses met en cause l'insecticide...

Maj le 28 novembre 2023


Novo Nordisk, leader mondial dans la production d’insuline, a décidé d’élargir sa présence en France en agrandissant son usine à Chartres, en Eure-et-Loir. Cette décision fait suite au grand succès de deux de ses médicaments, reconnus pour leurs effets coupe-faim et de plus en plus populaires. Cependant, cette popularité croissante suscite des inquiétudes au sein des autorités de santé.

Novo Nordisk injecte 2,1 milliards d’euros pour agrandir son usine française de Chartres

Novo Nordisk a pris la décision de faire un très gros investissement en France. En effet, le laboratoire danois a choisi d’injecter la somme de 2,1 milliards d’euros pour agrandir son usine française de Chartres. Il s’agit d’un investissement considérable dans le domaine pharmaceutique en France, plus précisément dans le département de l’Eure-et-Loir.

Un géant mondial de l’insuline

Novo Nordisk est reconnu en tant que premier producteur mondial d’insuline, un médicament essentiel pour les personnes diabétiques. Cependant, il faut noter que l’insuline est aujourd’hui largement utilisée pour lutter contre l’obésité. Outre l’insuline, Novo Nordisk fabrique également deux autres médicaments populaires sur le marché : le Wegovy et l’Ozempic. Ces deux produits sont réputés pour leurs effets dans la perte de poids. Il semblerait que certains influenceurs sur les réseaux sociaux, notamment TikTok, se filment en train de s’injecter l’Ozempic pour témoigner de son efficacité. La popularité de ces médicaments a même attiré l’attention du PDG de Tesla, Elon Musk, qui attribue à ces produits une perte de poids de 15 kilos.

Une action coupe-faim

Les produits fabriqués par Novo Nordisk ont pour particularité de réduire l’appétit. De ce fait, leur consommation entraîne une diminution de l’envie de manger. Le principal objectif de cet investissement massif est de produire davantage de Wegovy, qui est un traitement contre l’obésité. En 2023, la multinationale danoise a investi pas moins de 10 milliards d’euros au niveau mondial pour développer cette production. Il est important de souligner que le marché des coupe-faim est en pleine expansion. D’après les prévisions de l’OMS, on estime que d’ici 2030, le nombre de personnes obèses atteindra le milliard. L’épidémie d’obésité touche particulièrement les États-Unis, où 40% des adultes sont concernés. Cela a des répercussions importantes sur la santé publique et engendre d’importants coûts pour la collectivité. Dans ce contexte, le groupe Eli Lilly, concurrent direct de Novo Nordisk, propose également des traitements similaires pour lutter contre l’obésité.

Des effets secondaires à prendre en compte

Malgré les avantages de ces médicaments, il n’en demeure pas moins qu’ils comportent des risques. En effet, le Wegovy peut provoquer des troubles digestifs et accroître le risque d’occlusion intestinale. Quant à l’Ozempic, il pourrait générer des « pensées suicidaires », c’est en tout cas ce que l’Agence européenne des médicaments a annoncé après des signalements en provenance d’Islande. Selon différentes sources, il semblerait que certaines personnes dont le poids n’est pas excessif aient mis en danger leur santé en prenant ces médicaments pour perdre quelques kilos.

En France, les autorités sanitaires ne prennent pas ce sujet à la légère. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ainsi que l’Assurance Maladie ont diffusé un communiqué mettant en garde contre une utilisation non appropriée de l’Ozempic. En effet, elles rappellent que ce médicament doit être réservé au traitement du diabète de type 2 insuffisamment contrôlé. Afin d’assurer que les prescriptions respectent ce cadre d’utilisation, un comité scientifique temporaire a été mis en place.

Un marché lucratif

Quoi qu’il en soit, ces médicaments ne cessent de se vendre, générant des revenus considérables pour les laboratoires qui les commercialisent. Novo Nordisk, par exemple, a tellement prospéré que le Danemark
a pu échapper à la récession grâce à ses performances en début d’année. En bourse, le laboratoire pèse plus lourd que LVMH, atteignant une valeur de 400 milliards d’euros, ce qui en fait un record européen.

Bien que suscitant des inquiétudes en raison de leurs effets indésirables et d’une utilisation détournée par certains, ces médicaments conservent une place prépondérante sur le marché. Ils attirent l’attention des consommateurs en quête de solution pour perdre du poids ou lutter contre l’obésité. Cela pousse les laboratoires pharmaceutiques à investir dans des expansions de production et à développer leur offre. En dépit des risques, les autorités sanitaires tentent d’encadrer ces médicaments de la manière la plus stricte possible. Cela permet de garantir un usage approprié et de limiter les conséquences néfastes pour la santé des consommateurs.