Sida : 40 ans après, le virus circule toujours

53 addictologues appellent à soutenir le mois sans alcool : Dry January

Chaque année, l'alcool est responsable de plus de 40...

Intoxication au monoxyde de carbone à Saint-Alban: c’est grave

Le vendredi 8 décembre, des élèves de l'école de...

Alerte sanitaire : un insecticide sous haute surveillance

Un récent rapport de l'Anses met en cause l'insecticide...

Maj le 4 décembre 2023


Le 1er décembre 2023 marque le 40e anniversaire de la découverte du virus du Sida. Depuis cette découverte, la recherche dans le domaine a connu des avancées significatives. Cependant, les associations tirent la sonnette d’alarme concernant la propagation du VIH parmi les populations les plus défavorisées et celles qui sont les plus éloignées des dispositifs de prévention.

Aujourd’hui, le VIH et le Sida : Bilan après 40 ans de lutte

En mars 1981, une maladie mystérieuse fait son apparition aux États-Unis et se propage rapidement en France. Les premiers symptômes se caractérisent par l’apparition de taches sur la peau, pour finir par entraîner la mort. A l’époque, les médecins étaient démunis face à cette maladie inconnue, n’ayant aucune formation spécifique pour la traiter. L’on annonçait alors seulement 11 mois de survie, ce qui rendait la situation extrêmement complexe pour les patients et leur famille.

Les années de terreur : la découverte et la lutte contre le VIH

En 1983, une équipe française de l’Institut Pasteur menée par le chercheur Montagnier fait une découverte majeure en mettant au jour le virus du Sida. Cette révélation est accueillie avec une grande peur et stigmatisation des malades. Pour se protéger, la seule solution était d’utiliser des préservatifs. Dans les années 90, le VIH atteint son pic de mortalité, jusqu’à l’arrivée des trithérapies qui ont marqué un tournant majeur dans la lutte contre la maladie. Aujourd’hui, environ 200 000 personnes séropositives vivent avec le VIH grâce à un traitement efficace.

Les avancées et les défis actuels

Les progrès réalisés dans le dépistage du VIH sont indéniables. Entre 4 200 et 5 700 personnes ont découvert leur séropositivité en 2022, soit moins qu’en 2019. De plus, il y a une baisse de la séropositivité chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes et nés en France. Ceci s’explique en partie par l’adoption croissante de la PreP, un traitement pris de manière préventive par les personnes à risque. Son utilisation a augmenté de 31 % en un an.

Cependant, malgré ces avancées encourageantes, les associations tirent la sonnette d’alarme sur la progression du VIH chez les personnes les plus démunies et éloignées des systèmes de prévention. Il reste donc des défis importants à relever dans la lutte contre le VIH et le Sida, 40 ans après le début de cette épidémie.