Alcool : Pas de plan en vue, mais le tabac reste la première cause de mortalité, affirme Aurélien Rousseau

53 addictologues appellent à soutenir le mois sans alcool : Dry January

Chaque année, l'alcool est responsable de plus de 40...

Intoxication au monoxyde de carbone à Saint-Alban: c’est grave

Le vendredi 8 décembre, des élèves de l'école de...

Alerte sanitaire : un insecticide sous haute surveillance

Un récent rapport de l'Anses met en cause l'insecticide...

Maj le 1 décembre 2023


Mardi, le ministre de la Santé a dévoilé un plan d’action visant à lutter contre le fléau du tabagisme en France, responsable de 75 000 décès chaque année. Ce plan s’inscrit dans une démarche globale de prévention des addictions, comme l’a souligné Aurélien Rousseau le lendemain, en annonçant également un plan de lutte contre l’alcool. Il a tenu à préciser qu’il ne minimisait en aucun cas la gravité de la situation.

Le gouvernement français lance une nouvelle campagne de prévention contre l’alcool

Le ministère de la Santé a approuvé une nouvelle campagne de prévention destinée aux jeunes, visant à sensibiliser sur les dangers de la consommation excessive d’alcool. Cette campagne mettra en avant des slogans tels que « boire aussi de l’eau si on consomme de l’alcool », « raccompagner tes potes s’ils ont trop bu », ou « ne pas insister si tes potes ne veulent pas consommer ». Le ministre de la Santé a expliqué que ces messages préventifs sont essentiels pour sensibiliser les jeunes sur les risques liés à la consommation d’alcool, et a souligné que cette approche est nécessaire compte tenu du fait que 80 % des jeunes de 17 ans ont déjà bu de l’alcool.

Aurélien Rousseau, responsable de la campagne, a également promis une prochaine campagne de prévention sur l’alcoolisation fœtale, soulignant que ce sujet est encore trop peu connu en France. Il a également annoncé que plusieurs mesures de santé publique seront mises en place pour lutter contre la consommation excessive d’alcool. Il a souligné l’importance de la pédagogie dans cette démarche, afin que le public comprenne qu’il s’agit d’une initiative de santé publique et non d’une volonté de restreindre les libertés individuelles.

Il convient de noter que certaines associations ont critiqué le poids des lobbies dans la politique de prévention du gouvernement, mais le ministère de la Santé souligne que la priorité est de sensibiliser les jeunes aux risques de la consommation excessive d’alcool et de mettre en place des mesures pour prévenir ces risques.

Cette nouvelle campagne fait suite à une série de mesures prises par le gouvernement français pour lutter contre le tabagisme, y compris l’augmentation du prix du paquet de cigarettes, la création d’espaces sans tabac et l’amélioration de l’accès aux traitements pour arrêter de fumer. Ces mesures font partie d’une stratégie plus large visant à réduire les comportements à risque liés à la consommation de substances nocives.