Alerte ! L’Italie autorise à nouveau l’importation de bovins français après l’épidémie de maladie hémorragique

Philippe DONNART


Quelques jours après l’Espagne, l’Italie a également donné son approbation pour la réouverture des importations de jeunes bovins français. Cette décision concerne spécifiquement les élevages français qui sont touchés par une maladie héréditaire non transmissible à l’homme.

L’Italie rouvre son marché aux jeunes bovins français après la détection de cas de MHE

L’Italie, premier pays importateur de jeunes bovins français, vient de donner son accord à la réouverture de son marché, fermé, comme celui de l’Espagne, après que des cas de maladie hémorragique épizootique (MHE) ont été découverts dans de nombreux élevages de France, dont plusieurs du Sud-Ouest, depuis début octobre.

Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, s’est félicité « de cette excellente nouvelle pour les filières françaises d’élevage et salue ce nouveau succès de la diplomatie sanitaire menée par les équipes du ministère pour parvenir à cette issue favorable », rapporte un communiqué du ministère de l’Agriculture qui ajoute que « la réouverture du marché italien se fera dans le cadre d’un protocole sanitaire précis ».

Les pays européens qui, selon la réglementation européenne, avaient fermé leur marché à une partie des animaux français à la suite de la détection de premiers foyers de maladie hémorragique épizootique (MHE) dans l’Hexagone, une maladie qui n’est pas transmissible à l’homme, rouvrent leurs frontières. Après l’Espagne le 11 octobre, les autorités sanitaires italiennes viennent de donner leur accord à une réouverture des importations de jeunes bovins destinés à l’engraissement, aussi appelés « broutards », à partir de l’ensemble du territoire français.

Depuis la fin septembre, les flux d’échanges de bovins vers l’Italie avaient cessé depuis la zone réglementée de 150 km établie autour des foyers de maladie hémorragique épizootique (MHE), concentrés principalement dans les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées.

L’accord avec les autorités sanitaires italiennes sera formalisé dans les prochains jours. Il comprendra des garanties concernant les animaux issus de la zone réglementée : ces derniers devront être désinsectisés et testés avant leur départ vers l’Italie, cette dernière étant encore indemne de MHE sur une partie de son territoire. En 2022, près de 870 000 broutards ont été exportés par la France vers l’Italie.

Selon le ministre de l’Agriculture, « le sérieux des mesures de gestion et de surveillance mis en œuvre ainsi que l’excellence du dispositif de suivi sanitaire français ont largement contribué à ce résultat favorable. »

Malgré cette réouverture du marché italien, les éleveurs français restent toutefois préoccupés par la situation de la maladie hémorragique épizootique (MHE) sur le territoire. La MHE, identifiée pour la première fois en France le 18 septembre dernier, a eu un impact significatif sur l’élevage bovin français. Les éleveurs ont rencontré des difficultés pour exporter les animaux destinés à l’engraissement. Ils demandent davantage de soutien de la part des autorités pour faire face à cette crise.

La MHE est une maladie virale qui affecte les bovins. Bien qu’elle ne soit pas transmissible à l’homme, elle peut causer des erreurs de fertilité, des avortements et même la mort chez les animaux infectés. Les autorités sanitaires françaises ont mis en place des mesures strictes pour lutter contre la propagation de la maladie, notamment des restrictions de mouvement pour les bovins et des tests obligatoires à la sortie des zones touchées.

La réouverture du marché italien est une étape positive pour les éleveurs français, car l’Italie est un marché clé pour l’exportation de bovins. Cela permettra de rétablir les flux d’échanges commerciaux et de soutenir l’économie agricole française. Cependant, il est nécessaire de continuer à surveiller de près la situation de la MHE et de prendre des mesures préventives efficaces pour éviter une nouvelle propagation de la maladie.