Découvrez votre pouvoir d’achat local – Comparez les prix !

Philippe DONNART


D’après les données fournies par l’Observatoire de la plateforme Particuliers à particuliers, il existe une corrélation intéressante entre le prix médian d’un studio parisien et la possibilité d’acquérir un logement de 206 m² à Saint-Etienne ou un appartement de 100 m² dans une station de ski. Ces chiffres mettent en évidence les disparités entre les différents marchés immobiliers en France. Ainsi, bien que le prix médian d’un studio à Paris soit élevé, il est tout à fait imaginable d’investir cette somme dans un logement beaucoup plus spacieux dans d’autres régions du pays. Par conséquent, cette étude met en lumière la nécessité de prendre en compte les prix et les besoins personnels avant de prendre une décision d’achat immobilier. Chaque ville ou région a ses propres spécificités et il est important de les considérer avant tout investissement. Si l’on souhaite vivre dans une zone de haute montagne et profiter des sports d’hiver, l’achat d’un appartement de 100 m² dans une station de ski peut s’avérer une option intéressante, même si cela représente le même prix qu’un studio à Paris. D’un autre côté, si l’espace et la taille du logement sont des critères primordiaux, l’acquisition d’un logement de 206 m² à Saint-Etienne est une alternative plus qu’envisageable. En conclusion, cette étude met en évidence la diversité du marché immobilier en France et l’importance d’analyser attentivement les différentes options disponibles avant de prendre une décision d’achat.

Une récente étude de l’observatoire de Particulier à particulier révèle que Paris demeure la ville la plus coûteuse de France en ce qui concerne l’immobilier. Les prix médians y sont très élevés par rapport aux autres villes du pays. Selon cette étude, un studio parisien moyen de 25 m² coûte en moyenne 267 000 euros. Pour la même somme, il est possible d’acquérir une maison d’environ 260 m² dans la Nièvre, un bien de 89 m² à Marseille ou encore un bien de 52 m² à Lyon.

Toutefois, il convient de noter que les prix varient considérablement d’une ville à l’autre. Dans certaines villes, avec 267 000 euros, il est possible d’acheter des logements de plus de 100 m², alors que dans d’autres villes comme Bordeaux, Lyon ou Marseille, les surfaces disponibles pour ce prix sont plutôt de l’ordre de 50 m².

L’étude de Particulier à particulier a également montré que les prix immobiliers peuvent varier d’un quartier à l’autre au sein d’une ville. À Paris par exemple, le quartier le moins cher est celui de La Chapelle où le prix médian d’un appartement de 25 m² est de 203 900 €, tandis que le quartier le plus cher est celui d’Odéon où le prix médian pour le même type de bien est de 400 000 €.

Des littoraux aux départements les moins chers

En dehors des grandes villes, l’étude s’est également intéressée aux prix médians dans les départements. Il n’est pas surprenant de constater que les départements de la façade atlantique et de la côte méditerranéenne sont parmi les plus chers en termes de prix immobiliers.

Avec le prix d’un studio parisien, il est possible d’acquérir un appartement d’environ 100 m² en montagne. Par exemple, l’Isère affiche un prix médian de 2 629 euros par m², ce qui concerne non seulement les stations de ski de la vallée, mais aussi les stations de ski en altitude. Chamrousse, une station familiale, offre un prix moyen de 2 584 € par mètre carré.

En investissant 267 000 euros, il est également possible d’acheter une péniche entièrement aménagée, une maison dans les Antilles ou encore un bien atypique comme un château, un moulin à retaper ou un ancien couvent, selon le site spécialisé.

Ces résultats ont été obtenus en utilisant le prix médian au mètre carré, qui représente le prix au-dessus et en-dessous duquel se trouve précisément 50% des appartements. Contrairement à la moyenne, cet indicateur exclut les valeurs extrêmes qui pourraient fausser le résultat.