Emprunter pour un crédit immobilier ? 30% de revenus supplémentaires nécessaires

Philippe DONNART


Les taux d’intérêt sur le marché immobilier ont atteint un niveau sans précédent de 4,3%. Cette hausse des taux a un impact considérable sur le coût des crédits immobiliers, rendant ainsi l’emprunt de la même somme beaucoup plus onéreux qu’il y a seulement 18 mois. En effet, il est désormais nécessaire de gagner 30% de revenus supplémentaires pour obtenir le même montant d’emprunt. Cette évolution est un véritable défi pour de nombreux acheteurs potentiels qui cherchent à investir dans l’immobilier.

Les crédits immobiliers de plus en plus difficiles à obtenir

Stéphanie Chetif se voyait déjà vivre dans cet appartement près de Dijon (Côte-d’Or). Un bien de 34 m2, vendu 80 000 euros. Elle a bien cru pouvoir l’acheter. Mais les banques lui ont refusé son emprunt sans apport. Impossible, avec ses revenus mensuels de 2 500 euros. Son taux d’endettement aurait été trop élevé. « Je ne vais pas pouvoir concrétiser mon rêve, devenir propriétaire », déclare-t-elle, déçue. Et elle n’est pas la seule à voir son emprunt refusé.

Les prix de vente restent encore très élevés

La faute à la hausse continue des taux d’intérêts depuis 18 mois, passés de 1,20% en janvier 2022, à 4,30% en octobre. Résultat : pour emprunter, il faut pouvoir justifier de revenus de plus en plus élevés. Par exemple, pour obtenir un emprunt de 200 000 euros sur 20 ans, il fallait gagner 2 840 euros il y a 18 mois, pour pouvoir rembourser le maximum, 994 euros par mois. Aujourd’hui, il faut gagner 30% de plus, soit 3 720 euros, pour des mensualités de 1 300 euros par mois. D’autant plus que les prix de vente restent encore très élevés un peu partout en France.

Parmi nos sources

Observatoire Meilleurtaux

Liste non exhaustive

La situation du marché immobilier en France devient de plus en plus préoccupante pour les futurs acheteurs. Les banques durcissent leurs critères d’octroi de prêts immobiliers, rendant l’accession à la propriété de plus en plus difficile pour de nombreux Français.

Un exemple concret est celui de Stéphanie Chetif, une candidate à l’achat qui avait repéré un appartement de 34 mètres carrés près de Dijon, vendu à un prix abordable de 80 000 euros. Avec des revenus mensuels de 2 500 euros, elle pensait pouvoir obtenir un prêt sans apport. Malheureusement, les banques ont refusé son dossier en raison d’un taux d’endettement jugé trop élevé. Stéphanie est désemparée et exprime sa déception : « Je ne vais pas pouvoir concrétiser mon rêve, devenir propriétaire ». Malheureusement, son histoire n’est pas un cas isolé.

La principale raison de cette difficulté croissante à obtenir un crédit immobilier réside dans la hausse des taux d’intérêt. Au cours des 18 derniers mois, les taux sont passés de 1,20% en janvier 2022 à 4,30% en octobre. Cette augmentation constante fait en sorte que les candidats à l’emprunt doivent justifier de revenus de plus en plus élevés pour pouvoir obtenir un prêt. Par exemple, pour obtenir un emprunt de 200 000 euros remboursable sur 20 ans, il fallait gagner 2 840 euros par mois il y a 18 mois, afin de pouvoir s’acquitter d’une mensualité maximale de 994 euros. Aujourd’hui, il faudrait gagner 30% de plus, soit 3 720 euros par mois, pour rembourser des mensualités de 1 300 euros.

En outre, les prix de vente des biens immobiliers restent élevés dans de nombreuses régions de France. Cette combinaison de taux d’intérêt élevés et de prix de vente importants réduit considérablement les chances d’obtenir un prêt immobilier pour de nombreux acheteurs potentiels.

Face à cette situation, il est essentiel pour les candidats à l’achat de prendre en compte ces contraintes financières et d’évaluer attentivement leur capacité à rembourser un prêt immobilier avant de se lancer dans un projet d’acquisition. La prudence et la préparation financière sont de rigueur lorsqu’il s’agit de devenir propriétaire dans un marché immobilier aussi exigeant.