Féminisation des métiers du bâtiment : Le changement commence ici !

Philippe DONNART

cheffe-entreprise-batiment


Les femmes ont vu leur part légèrement augmenter dans le secteur du BTP, atteignant désormais un peu plus de 12% des effectifs. Cependant, leur présence demeure très limitée dans les métiers de production et sur les chantiers. Cette situation est-elle inévitable ?

Les femmes sous-représentées dans les métiers du BTP en Île-de-France

Une étude menée par l’Observatoire des métiers du BTP a révélé que les femmes sont très peu présentes dans les métiers de production et sur les chantiers en Île-de-France. Cette étude a été réalisée auprès de 200 entreprises du bâtiment et des travaux publics dans la région.

Une très large majorité d’entreprises déclare avoir au moins une femme dans ses effectifs

Selon l’enquête, une grande majorité d’entreprises déclarent avoir au moins une femme dans leurs effectifs. Cependant, la répartition des femmes dans ces entreprises est très inégale. En effet, 75% des femmes occupent des postes administratifs ou commerciaux, tandis que seulement 17% travaillent dans la production. De plus, 41% occupent des fonctions techniques ou d’encadrement.

Malgré ces chiffres, la moitié des entreprises interrogées estime que la mixité est un sujet prioritaire dans le secteur du BTP. Elles reconnaissent notamment que la diversité des points de vue peut stimuler l’efficacité au sein de l’entreprise.

cheffe-entreprise-metier-batiment

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes dans les métiers de terrain ?

La principale raison évoquée par les entreprises pour expliquer la faible présence des femmes dans les métiers de terrain est le manque de candidatures féminines. Selon l’étude, 71% des entreprises interrogées affirment recevoir peu ou jamais de candidatures féminines pour des postes tels que maçons, charpentiers, couvreurs, électriciens ou canalisateurs. Cette situation est en partie attribuée à la mauvaise image et aux stéréotypes associés à ces métiers, à la fois dans le système éducatif, la société et même au sein des entreprises du secteur.

Certains acteurs du BTP estiment même que certains métiers ne sont pas adaptés aux femmes en raison de la force physique nécessaire, ce qui est contesté par des activistes comme Myriam Fontaine Boulle, présidente de l’association « les SouterReines ». D’après elle, il s’agit davantage d’une question de condition physique que de genre.

Quelles seraient les actions les plus efficaces pour susciter l’intérêt des femmes ?

Les entreprises interrogées estiment que les campagnes de sensibilisation à grande échelle et les actions directes dans les écoles et les lycées seraient les solutions les plus efficaces pour susciter l’intérêt des femmes pour les métiers du BTP. Cependant, elles sont peu nombreuses à prendre des initiatives en interne pour favoriser la mixité, comme l’amélioration des pratiques de recrutement, les conditions de travail, l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle et la lutte contre le sexisme.

Il est intéressant de noter que ces initiatives sont principalement le fait de grands groupes, et qu’elles sont plus présentes dans les travaux publics que dans le bâtiment.