La naissance du maïs : une histoire irrésistible

Philippe DONNART

champ-de-mais


Depuis de nombreuses années, il y a un débat sur l’origine du maïs. Les chercheurs ont maintenant découvert que l’événement crucial s’est produit il y a 5 000 ans sur le continent américain. Il s’agit de l’hybridation entre une téosinte, une graminée déjà cultivée dans la région, et une autre plante, ce qui a donné naissance à une nouvelle plante de maïs plus vigoureuse et nourricière. Tous les pieds de maïs actuels descendent de cette plante.

La fantastique histoire de l’origine du maïs

C’est l’histoire incroyable d’une rencontre improbable qui a changé à jamais la face du monde. Hervé Poirier, rédacteur en chef au magazine scientifique Epsiloon, nous explique aujourd’hui que l’origine du maïs avait toujours semblé être un mystère. Cette céréale, devenue la première cultivée dans le monde, a longtemps été l’aliment de base des Amérindiens, mais sa forme singulière et ses gros grains semblaient conférer à la plante une allure magique qui la distinguait des autres plantes céréalières.

D’où vient ce monstre de la botanique ?

Après de nombreuses hypothèses et controverses, un consensus s’est peu à peu dégagé autour de la plante téosinte, qui a normalement la forme d’un buisson. Il a été prouvé en 2011 que, il y a environ 10 000 ans, dans une plaine du Mexique, une téosinte a subi une mutation sur un gène, la transformant en une longue tige avec des grains empilés en gousse. Cette forme primitive de maïs a alors commencé à être domestiquée en Amérique centrale.

champ-de-mais

Une hybridation décisive

En analysant plus de 1000 génomes différents de maïs et de téosinte, une équipe internationale de généticiens a montré que l’événement clé s’est produit lors d’une hybridation subie par cette téosinte mutante, il y a 4 à 6000 ans. Cette hybridation avec une autre forme de téosinte, adaptée aux altitudes et qui avait gardé sa forme de buisson, a donné naissance à un hybride en forme de tige encore plus vigoureux et nourricier, avec de plus gros épis et un contenu nutritionnel enrichi. En plus, cet hybride fleurit plus tôt, le rendant adapté à des climats plus frais et plus variés que les plaines du Mexique. C’est ainsi qu’un « monstre » était né.

Et il a prospéré…

Rien n’a pu arrêter la propagation de cette plante : cette hybridation a permis au maïs de se disperser au-delà de l’Amérique centrale pour envahir tout le continent du nord et du sud. En 1493, Christophe Colomb l’importera en Europe. Au fil des hybridations, artificielles cette fois, les agriculteurs et les semenciers n’ont cessé de faire apparaître de nouvelles variétés de maïs. Ainsi, tous les plants de maïs cultivés aujourd’hui descendent de cet hybride originel, résultant de la rencontre improbable entre deux téosintes, il y a 4 à 6 000 ans, dans les hauteurs du Mexique. C’est vrai, cette rencontre a changé la face du monde.