Manifestation contre projet photovoltaïque en Dordogne: 100 personnes mobilisées!

Philippe DONNART


Le samedi 30 septembre, un groupe de personnes s’est rassemblé pour exprimer son opposition au projet de défrichement d’une parcelle de bois d’environ dix hectares, qui a été prévu pour la construction d’un parc solaire.

Une mobilisation contre le défrichement pour un projet de parc photovoltaïque

Samedi 30 septembre, un rassemblement a eu lieu à Lanouaille, en Dordogne, pour protester contre les travaux de défrichement de 11 hectares afin d’installer 5,5 hectares de panneaux photovoltaïques.

Les manifestants, qui avaient déjà exprimé leur opposition au mois de mars, ont décidé de parrainer des arbres. L’initiative de cette mobilisation est venue du collectif citoyen Nature en Communauté de communes Isle Loue Auvézère en Périgord, qui a souligné l’importance de réaliser ces projets dans des zones déjà artificialisées.

Les travaux devraient débuter ce mois-ci dans le cadre d’un projet privé de centrale solaire.

Cette mobilisation témoigne d’une préoccupation croissante quant aux conséquences environnementales des projets de développement de l’énergie solaire. Si cette forme d’énergie renouvelable est considérée comme bénéfique pour l’environnement, la question de son implantation reste délicate dans certaines régions.

Les enjeux de l’implantation de parcs photovoltaïques

Le débat autour de l’installation de parcs photovoltaïques suscite des réactions contrastées. D’un côté, il y a ceux qui considèrent que cette source d’énergie renouvelable est essentielle pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire notre dépendance aux énergies fossiles. De l’autre côté, certains soulèvent des préoccupations quant à l’impact environnemental et paysager de ces installations.

Le principal problème réside dans le choix des emplacements pour installer ces parcs solaires. Dans le cas de Lanouaille, les manifestants insistent sur le fait que les travaux de défrichement auront un impact sur l’écosystème local et la biodiversité de la région. Ils préconisent donc que ces projets soient réalisés dans des zones déjà artificialisées, comme des friches industrielles ou des terrains inutilisés.

Cependant, trouver de tels emplacements peut être un défi logistique et financier pour les porteurs de projets. Les parcs photovoltaïques nécessitent une surface importante, idéalement plane et dégagée de toute ombre portée. Il est également préférable de les implanter près des réseaux électriques existants pour faciliter le raccordement et la distribution de l’énergie produite.

Les décisions quant à l’implantation des parcs photovoltaïques soulèvent donc des dilemmes. D’un côté, il est essentiel de préserver les écosystèmes naturels et les paysages. De l’autre côté, il est nécessaire de développer les énergies renouvelables pour répondre aux enjeux climatiques actuels.

Il est donc primordial d’engager un dialogue constructif entre les porteurs de projets, les autorités locales et les citoyens afin de trouver des solutions qui concilient préservation de l’environnement et développement durable.

Au-delà de la question de l’implantation des parcs photovoltaïques, il est également nécessaire de promouvoir les pratiques d’énergie solaire à petite échelle, comme l’installation de panneaux solaires sur les toits des maisons ou des bâtiments industriels. Ces initiatives individuelles peuvent contribuer à la transition énergétique tout en minimisant l’impact sur l’environnement.