« PME à l’international : Révolution culturelle nécessaire pour affronter un monde de chocs » – Ministre délégué Olivier Becht

Philippe DONNART

Updated on:

france-expansion-internationale


Emmanuel Macron et Olivia Grégoire ont dévoilé le plan Étincelle, qui a pour objectif d’accompagner les PME françaises dans leur développement à l’international. Selon Olivier Becht, ministre chargé du Commerce extérieur, ce plan constitue une véritable révolution culturelle destinée à renforcer la résilience de nos entreprises face aux crises.

Le gouvernement français lance un plan pour soutenir les PME à l’international

Les objectifs de croissance et d’expansion internationale des entreprises étaient au centre d’une réunion organisée à l’Élysée mardi 21 novembre. En effet, le président de la République, Emmanuel Macron, souhait un grandir les entreprises françaises et les aider à conquérir de nouveaux marchés à travers le monde. C’est dans ce contexte que 100 entreprises prometteuses ont été réunies pour discuter de ce projet ambitieux.

Le ministre délégué, chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger, Olivier Becht, est chargé par le gouvernement de faciliter le développement des PME à l’international. L’objectif attendu est de renforcer ces entreprises et de les rendre plus solides et résilientes. Becht a déclaré que les PME devraient se développer en général pour être plus fortes, et qu’elles ont besoin d’un accès au marché international pour y parvenir. Il a souligné l’importance d’atteindre une taille intermédiaire de plus de 250 employés pour renforcer leur position sur le marché mondial.

Le plan Étincelle, présenté par le président Emmanuel Macron et la ministre des PME, Olivia Grégoire, consiste à accompagner les PME de manière individualisée pour les aider à s’agrandir et à atteindre une taille plus solide, capable de faire face aux crises. Même si les petites entreprises peuvent déjà exporter, il est nécessaire pour leur croissance de s’ouvrir aux marchés internationaux. Olivier Becht cite l’exemple des grands groupes français, tels qu’Airbus, Véolia, Vinci, LVMH, L’Oréal, ou Alstom, qui ont atteint leur statut actuel grâce à leur présence internationale.

Il reconnaît que contrairement à l’Allemagne et l’Italie, les PME françaises sont moins présentes sur le marché international en raison de la spécificité du marché local et national. Becht a mis en exergue l’importance de changer cette mentalité dans un monde où les chocs économiques peuvent avoir un impact dévastateur sur l’économie. Il a insisté sur la nécessité pour les PME d’aller à l’international pour diversifier les risques.

Le gouvernement a lancé un plan intitulé « Osez l’export », doté d’un budget de 125 millions d’euros pour aider les PME à se lancer à l’international. Ces aides comprennent des garanties publiques d’assurance export et la mise en place du volontaire territorial à l’export (VTE). Ce programme offre un soutien qualifié aux PME pour les aider à élaborer leur stratégie d’exportation et à découvrir les marchés potentiels. Becht a souligné l’importance de cette initiative, car de nombreuses PME ont besoin d’aide pour se projeter à l’international.

Il a également noté que redresser la balance commerciale française, marquée par un déficit de 54 milliards d’euros depuis le début de l’année, nécessite la participation des PME. Il a souligné que c’est l’ensemble du pays qui en pâtira si la France importe plus qu’elle n’exporte. En tant que ministre, Becht a parcouru 55 pays pour promouvoir les PME françaises à l’international.

Becht a également souligné l’importance du marché africain pour les entreprises françaises. Malgré les récits selon lesquels la France est en déclin sur ce continent, Becht a présenté des chiffres montrant que le nombre d’entreprises françaises en Afrique a doublé au cours des dix dernières années, avec un triplement des investissements directs français. Il a soutenu que l’Afrique représente une opportunité de croissance majeure pour les entreprises françaises.

Le discours optimiste de Becht s’inscrit dans le cadre de la stratégie de la France pour promouvoir la croissance économique et la prospérité à l’international. Son ambition est de renforcer la présence internationale des entreprises françaises, en particulier les PME, et de garantir une place durable pour la France sur la scène économique mondiale.