Potager, le jardin secret des Français

Philippe DONNART

potager d'appartement

Maj le 1 avril 2024


Actuellement, près de sept millions de ménages se lancent dans la culture d’un potager, une pratique qui a longtemps été délaissée. Que ce soit par plaisir ou par nécessité, de plus en plus de gens redécouvrent les joies de faire pousser leurs propres fruits et légumes. Les jardins partagés sont également en pleine renaissance, offrant une alternative solidaire et écologique pour ceux qui n’ont pas la possibilité de cultiver un potager chez eux.

Le retour du potager dans nos vies : une tendance en plein essor

Par nécessité autant que par désintérêt, les Français avaient peu à peu abandonné leurs potagers. Cependant, l’urbanisation croissante les a ironiquement ramenés à la terre fertile et apaisante. Aujourd’hui, le nombre de personnes cultivant un petit lopin de terre a doublé par rapport au début des années 1990.

Fils d’une agricultrice et précurseur des jardins partagés, Éric Prédine, originaire de Gironde, coécrit en ce début de printemps un manifeste sur « les enjeux modernes du potager » appliqué au Sud-Ouest. Ce manifeste aborde un peu d’histoire, de politique, et beaucoup de bon sens adressé autant aux experts qu’aux novices en jardinage.

La tendance du retour à la terre et du jardinage s’explique-t-elle davantage par une nécessité alimentaire que par le simple plaisir ? Selon Éric Prédine, de nombreuses personnes évoquent le besoin de se reconnecter avec la nature, de retrouver un lien profond avec la terre. Que ce soit pour des citadins souhaitant échapper à la société de consommation ou pour des néoruraux rêvant de qualité de vie, le jardinage devient un moyen de satisfaction personnelle et d’équilibre.

Cultiver son propre potager peut parfois être plus coûteux qu’acheter des légumes en supermarché, surtout si l’on n’est pas bien informé sur les meilleures pratiques. Cependant, au-delà de l’aspect financier, le jardinage apporte une réduction du stress, renforce les liens sociaux et permet de convertir même les plus réticents aux légumes. C’est une pratique qui devrait être démocratisée pour assurer une accessibilité égale à tous.

Éric Prédine souligne également l’importance de revenir à des pratiques de jardinage simples et efficaces, plutôt que de se perdre dans des discours complexes sur la sauvegarde de la planète. Commencer petit, choisir des légumes adaptés et impliquer ses proches dans ses choix de cultures sont des conseils clés pour réussir son potager.

En définitive, le retour au potager est une tendance en plein essor, motivée par une quête de sens, de connexion avec la nature et de satisfaction personnelle. Cultiver son propre jardin n’est pas seulement une activité agricole, c’est un art de vivre qui aide à retrouver l’harmonie avec notre environnement et notre alimentation.