Président de la Capeb pour la lutte contre le travail dissimulé

Philippe DONNART


D’après le responsable de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment, il est nécessaire de réduire le taux de TVA afin de combattre efficacement la fraude sociale qui sévit dans le secteur. Selon lui, cette mesure permettrait de limiter les pratiques frauduleuses et d’encourager une concurrence équitable entre les entreprises du bâtiment. En abaissant le taux de TVA, il espère ainsi dissuader les fraudeurs et favoriser une meilleure régulation du marché.

Les artisans du bâtiment prônent une lutte contre la fraude

Dans le secteur de l’artisanat du bâtiment, la lutte contre la fraude et la concurrence déloyale est une priorité pour Jean-Christophe Repon, président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb). Selon lui, il s’agit d’un fléau majeur qui nécessite d’être combattu efficacement.

En 2023, des redressements d’un montant total de 1,2 milliard d’euros ont été effectués suite à des cas de travail dissimulé. Le secteur le plus touché est celui du bâtiment, avec 716 millions d’euros concernant les entreprises du BTP, soit plus de 60% des procédures engagées. Malgré ces chiffres, le président de la Capeb souligne que 25% des contrôles ciblent des entreprises du bâtiment.

Jean-Christophe Repon met en avant le fait que les grandes entreprises sont les principales responsables de la fraude sociale : avec des fraudes moyennes de 200 000 euros, il est clair que ce ne sont pas les entreprises artisanales du bâtiment qui sont en cause. Le président de la Capeb insiste sur le fait que la fraude n’est pas dans la philosophie de ses adhérents, mais que des actions de sensibilisation et de prévention sont nécessaires pour conscientiser certaines entreprises sur les enjeux de la fraude sociale.

Pour lutter plus efficacement contre ce phénomène, Jean-Christophe Repon propose de baisser le taux de TVA. Selon lui, passer de 10% à 5% dissuaderait grandement les entreprises de se livrer à des pratiques frauduleuses. Il attend également des mesures de simplification administrative de la part du gouvernement, notamment de la part de Bruno Le Maire. En effet, pour le secteur de l’artisanat du bâtiment, l’égalité, les cotisations sociales et le respect des règles sont des éléments essentiels pour assurer son bon fonctionnement.