Sois visible dès 17h30 : éclaire-toi, réfléchis ! Changement d’heure

Philippe DONNART


Dès ce dimanche 29 octobre, le passage à l’heure d’hiver aura pour effet de faire tomber la pénombre à un moment où les écoles se terminent et où les gens quittent leur travail. Il est donc crucial de s’assurer d’être visible par les conducteurs, a souligné la Sécurité routière.

Risques accrus d’accidents de la route après le passage à l’heure d’hiver

Alors que nous nous apprêtons à passer à l’heure d’hiver ce week-end, la Sécurité routière rappelle l’importance de se rendre visible la nuit sur la voie publique. Chaque année, un pic d’accidentalité est observé après ce changement horaire.

Avec le passage à l’heure d’hiver, il fera plus sombre plus tôt dans la journée, notamment entre 17 heures et 19 heures, au moment des sorties d’école et du travail. Pour sensibiliser les usagers de la route vulnérables, la Sécurité routière a mené une expérience avant le changement d’heure.

Changement d’heure : éclairage, bandes réfléchissantes, à partir de 17 h 30, il faudra être visible la nuit

 

Des chiffres inquiétants

Les statistiques de l’Observatoire national interministériel de la Sécurité routière montrent une augmentation de 42 % des accidents impliquant un piéton en novembre par rapport à octobre, sur la période de 2015 à 2019.

L’expérience menée par la Sécurité routière consistait à tester un freinage d’urgence d’un véhicule de nuit, face à un piéton et un cycliste, avec et sans tenue rétroréfléchissante. Les résultats ont montré qu’un piéton vêtu de noir n’était visible qu’à 28 mètres dans les phares d’une voiture roulant à 50 km/h, alors qu’un véhicule a besoin de 31 mètres pour s’arrêter à cette vitesse.

Cependant, lorsque le piéton portait une tenue rétroréfléchissante, sa visibilité augmentait à 44 mètres. La Sécurité routière encourage donc les usagers vulnérables à porter des vêtements clairs et à utiliser des dispositifs rétroréfléchissants tels que des gilets, des brassards, des gants ou des bandes réfléchissantes sur les sacs à dos ou les cartables.

Les bons réflexes à adopter

Une étude de l’association Assurance Prévention révèle que plus de 8 Français sur 10 (83 %) se préoccupent de leur sécurité routière lorsqu’il fait sombre. Les cyclistes sont les plus nombreux à se sentir vulnérables (89 %), suivis des piétons (85 %) et des utilisateurs de trottinettes et d’engins de déplacement personnel motorisés (82 %).

Malgré une connaissance des bons réflexes, seulement 75 % des piétons empruntent toujours les trottoirs lorsque la visibilité est réduite, et moins d’un tiers (29 %) portent des vêtements réfléchissants. En ce qui concerne les cyclistes, 49 % d’entre eux ne portent pas d’accessoires réfléchissants, et près de la moitié (46 %) des utilisateurs de trottinettes électriques n’allument pas systématiquement leurs feux.

Cette étude a été réalisée en ligne auprès d’un échantillon représentatif de 2 005 personnes âgées de 18 ans et plus, du 26 au 28 septembre 2023, par Harris Interactive pour l’association Assurance Prévention.

Comment améliorer la visibilité nocturne

Pour améliorer la visibilité nocturne et réduire les risques d’accidents, il est primordial de suivre quelques recommandations simples :

  • Porter des vêtements clairs ou utiliser des dispositifs rétroréfléchissants tels que des gilets, des brassards, des gants ou des bandes réfléchissantes.
  • Utiliser des feux et des dispositifs d’éclairage appropriés pour les cyclistes et les utilisateurs de trottinettes électriques. Il est essentiel de s’assurer que ces équipements sont allumés et fonctionnent correctement.
  • Emprunter les trottoirs ou les zones piétonnes lorsqu’ils sont disponibles.
  • Respecter les règles de la circulation routière et être attentif à son environnement.

En adoptant ces mesures de précaution, chacun peut contribuer à sa propre sécurité et à celle des autres usagers de la route pendant cette période où les conditions de visibilité sont réduites.