« Tirons l’alarme à Bordeaux : Pollution des sols, danger pour vos enfants ! »

Philippe DONNART


Afin de prévenir les habitants de l’îlot de la Bastide, la municipalité a organisé une réunion suite aux conclusions d’une étude, afin de les avertir des dangers potentiels de la consommation des légumes provenant du jardin ainsi que de l’eau provenant des puits. L’objectif de cette réunion était de sensibiliser les résidents sans les alarmer. Pour en savoir plus sur cette affaire, le journal « Sud Ouest » a mené une enquête approfondie.

Révélation de la pollution des sols à Bordeaux : la mobilisation des riverains

Pour de nombreux habitants de la rive droite de Bordeaux, la mauvaise nouvelle est arrivée sous la forme d’un flyer glissé dans leur boîte aux lettres. Distribué par la mairie début septembre, ce petit dépliant invitait les résidents d’un quartier situé entre le Jardin botanique et le complexe écologique Darwin à une réunion pour discuter des résultats d’une étude sur la pollution des sols. Le document indiquait que les sols présentaient un caractère modérément à fortement pollué et énumérait une série de conseils à suivre, tels que l’interdiction de cultiver des plantes comestibles dans les jardins du quartier, de ne pas utiliser l’eau souterraine et de ne pas laisser les jeunes enfants jouer dans la terre.

Le 13 septembre, lors d’une réunion publique à la maison cantonale, les riverains ont eu l’occasion d’en apprendre davantage sur la situation. La réunion, qualifiée de « publique mais pas vraiment publique » par Françoise Frémy, adjointe au maire chargée du quartier, a permis aux habitants de poser des questions et d’obtenir des clarifications. Bien que la presse n’ait pas été invitée, le journal Sud-Ouest a pu assister à l’événement.

Cela fait suite à une longue démarche entamée en 2017 par un résident du quartier, François Aubin, qui a découvert l’existence d’une usine à gaz démolie en 1927 dans la région et s’est interrogé sur la pollution des sols. Après avoir fait analyser son propre sol, il a découvert des concentrations de polluants, notamment des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des métaux tels que le plomb, le zinc et le mercure.

Les résultats des carottages effectués dans les jardins de neuf propriétaires confirment la présence de ces métaux et de résidus de combustion. L’Agence régionale de santé a annoncé qu’aucun cas de saturnisme n’a été relevé dans la région, mais elle encourage les habitants à faire réaliser des tests sanguins pour détecter toute exposition au plomb, en particulier chez les enfants de moins de six ans et les femmes enceintes.

Certains résidents ont exprimé leur frustration devant la révélation tardive de cette pollution, soulignant que leurs enfants ont joué dans des jardins contaminés pendant des années sans qu’ils en aient été informés. Ils se sont également demandé si des mesures financières seraient prises pour soutenir les travaux de dépollution et les tests de sol, ainsi que pour remédier à tout impact sur les prix de l’immobilier dans la région.

La réponse officielle à ces préoccupations est qu’aucune mesure de soutien financier n’a été prévue pour le moment. Cependant, la mairie a promis de fournir des informations et des conseils supplémentaires aux résidents et travaille sur des solutions pour minimiser l’impact de la pollution et garantir la sécurité des habitants.

Cette révélation a suscité des interrogations quant à la responsabilité des autorités locales et des propriétaires qui auraient pu être au courant de la pollution des sols et n’ont rien dit aux nouveaux arrivants. La transparence et la communication sont essentielles dans de telles situations, et il est important que les résidents soient pleinement informés des risques et des mesures à prendre pour protéger leur santé et celle de leur famille.

Malgré l’incertitude et l’inquiétude qui règnent actuellement, les habitants du quartier doivent maintenant prendre des mesures pour minimiser leur exposition à la pollution des sols. Des solutions alternatives, comme la culture des plantes dans des jardinières ou la construction de massifs de plantation avec de la terre saine, peuvent être envisagées.

Il est essentiel que les autorités municipales et régionales travaillent en étroite collaboration avec les résidents pour résoudre ce problème et garantir un environnement sûr et sain pour tous. La dépollution des sols peut être coûteuse et complexe, mais elle est nécessaire pour préserver la santé des habitants et assurer un avenir durable pour la région.

Les leçons tirées de cette situation doivent servir de rappel sur l’importance de la surveillance et de la gestion appropriée des sites industriels abandonnés afin d’éviter des répercussions néfastes sur la santé humaine et l’environnement. La transparence et la communication ouvertes sont essentielles pour créer un lien de confiance entre les autorités et les citoyens, et pour garantir que de telles situations ne se reproduisent pas à l’avenir.

La révélation de la pollution des sols à Bordeaux est un rappel alarmant de l’importance de protéger notre environnement et notre santé. Il est essentiel que des mesures soient prises pour remédier à cette pollution et pour prévenir de futurs incidents similaires. La mobilisation des résidents et des autorités est essentielle pour garantir un avenir sain et sûr pour tous.