Alerte ! Éoliennes menaçantes : un danger pour les outardes en Charente-Maritime !

Philippe DONNART


Le projet de développement de La Lichère présenterait un risque pour les outardes canepetières, une espèce en voie de disparition. Les responsables du projet éolien ont donc décidé de porter l’affaire devant le Conseil d’État pour faire valoir leur position. Ils souhaitent ainsi prouver que leur projet n’aura pas d’impact néfaste sur la population d’outardes canepetières et qu’il est possible de concilier développement économique et préservation de la biodiversité. Cette démarche témoigne de leur engagement envers la protection de l’environnement et de leur volonté de trouver des solutions durables pour faire face aux défis de notre époque. Le Conseil d’État devra donc examiner attentivement les arguments des promoteurs du projet éolien et prendre une décision éclairée en prenant en compte tous les aspects environnementaux, sociaux et économiques. Cette affaire met en lumière la nécessité de concilier les intérêts économiques et la protection de la nature afin de préserver un équilibre viable pour les générations futures.

Le parc éolien de la Lichère confronté à un parcours d’obstacles

La société Ferme éolienne de la Lichère a rencontré de nombreux obstacles dans son projet de construction d’un parc éolien composé de six éoliennes sur le territoire de la commune de Cherbonnières, en Charente-Maritime. Depuis le dépôt de sa demande d’autorisation de construire et d’exploiter en juin 2016, la société fait face à un véritable parcours du combattant.

En décembre 2020, le préfet de la Charente-Maritime a rejeté la demande de la société, suivie par la cour administrative d’appel de Bordeaux en décembre 2022. La cause principale de ces refus est la présence de l’outarde canepetière, une espèce en danger d’extinction inscrite sur la liste rouge nationale des oiseaux nicheurs et directement menacée par le projet éolien.

Les promoteurs de la Ferme éolienne de la Lichère ont tenté de faire appel devant le Conseil d’État, espérant obtenir une réexamination de leur demande. Le jeudi 12 octobre, le Conseil d’État a examiné leur requête. Les promoteurs ont mis en avant les études réalisées en amont pour prouver l’absence de risque pour la population d’outardes canepetières. Cependant, la cour d’appel bordelaise et le rapporteur public d’État n’ont pas été convaincus.

Le préfet de la Charente-Maritime avait déjà souligné en 2020 que l’étude d’impact produite par la société sous-estimait l’impact du projet sur l’espèce, en particulier en termes de perte d’habitats de reproduction. De plus, les observations ont révélé la présence d’un mâle dans les environs et la zone de protection spéciale de la Plaine de Néré à Bresdon, située à moins de 3 kilomètres du projet, est identifiée comme une zone de reproduction et de rassemblement de l’outarde canepetière. Ainsi, les éoliennes représenteraient une menace pour la survie de cette population.

Face à ces éléments, le rapporteur public a demandé au Conseil d’État de rejeter le pourvoi de la société Ferme éolienne de la Lichère. La décision finale sera rendue dans un délai de quatre semaines.

Les projets éoliens face aux défis de la préservation de la biodiversité

Le cas de la Ferme éolienne de la Lichère met en lumière les défis auxquels sont confrontés les projets éoliens en matière de préservation de la biodiversité. En effet, l’installation d’éoliennes peut avoir un impact sur les écosystèmes et sur certaines espèces, notamment les oiseaux.

L’outarde canepetière, espèce menacée d’extinction, est un exemple de ces enjeux. Cette espèce est inscrite sur la liste rouge nationale des oiseaux nicheurs et bénéficie d’une protection particulière. Les éoliennes peuvent représenter une menace pour cette espèce, en perturbant ses habitats de reproduction ou en générant des risques de collision.

C’est pourquoi les projets éoliens doivent faire l’objet d’études d’impact approfondies afin d’évaluer leur impact sur la biodiversité locale. Ces études doivent prendre en compte la présence éventuelle d’espèces protégées et proposer des mesures de prévention et de compensation.

Dans le cas de la Ferme éolienne de la Lichère, les promoteurs ont tenté de convaincre les autorités que leur projet n’aurait aucun effet négatif sur la population d’outardes canepetières. Cependant, les différentes instances administratives ont été sceptiques quant aux garanties fournies par les promoteurs.

Ce cas souligne l’importance de concilier la transition énergétique avec la préservation de la biodiversité. Les projets éoliens doivent être développés de manière responsable, en prenant en compte les enjeux environnementaux et en évitant les impacts excessifs sur les espèces menacées ou protégées.

Il est nécessaire de trouver un équilibre entre la production d’énergie renouvelable et la préservation de la biodiversité. Les autorités doivent donc continuer à évaluer rigoureusement les projets éoliens afin de préserver notre patrimoine naturel tout en favorisant la transition vers des sources d’énergie plus durables.