Controverse autour de la vente des munitions chez les buralistes

Philippe DONNART

Controverse-vente-des-munitions-chez-les-buralistes


Les chasseurs et les buralistes accueillent favorablement cette décision, mais les armuriers expriment des préoccupations quant à la concurrence accrue. De plus, le Comité national contre le tabagisme (CNCT) remet en question la rationalité de cette mesure, soulignant que la majorité des buralistes continuent de vendre illégalement du tabac à des mineurs.

Les buralistes pourront vendre des munitions de chasse dès 2024

Les buralistes de France seront autorisés à vendre des munitions de chasse à partir du 1er janvier 2024. Cette décision fait suite à l’allégement des certifications nécessaires à l’exercice d’activités périphériques au métier d’armurier, prévu pour cette même date. Les buralistes se sont montrés intéressés par ce nouveau dispositif et sont engagés depuis longtemps dans une démarche de diversification de leur activité, encouragée par le gouvernement.

Ils pourront obtenir une certification «vente exclusive de munitions» ainsi qu’un agrément pour la vente de munitions auprès du préfet, en plus d’une autorisation d’ouverture de commerce délivrée également par le préfet après avis du maire de la commune. La certification portera sur la vente de munitions des catégories C (pour la chasse principalement) et D (munitions variées dont l’acquisition est libre aux majeurs) et sera délivrée après un examen faisant suite à une formation adaptée et ciblée de deux jours.

Cette décision a suscité des inquiétudes parmi les armuriers qui craignent une concurrence accrue. Certains se sont inquiétés de la possibilité que les buralistes soient plus chers que les armuriers, mais d’autres ont souligné que cela pourrait être un nouveau business pour les armuriers s’ils parviennent à alimenter les bureaux de tabacs en munitions.

La décision de permettre aux buralistes de vendre des munitions de chasse a été saluée par la fédération des chasseurs qui estime que cela aidera à limiter les déplacements pour l’acquisition de munitions tout en évitant des stockages importants. Cependant, certaines voix se sont élevées pour critiquer cette décision, soulignant les préoccupations concernant la sécurité et la vente de tabac à des mineurs en toute illégalité.

La vente de munitions de chasse par les buralistes suscite un vif débat et soulève des questions sur les implications pour les chasseurs, les armuriers et les habitants des régions rurales. La diversification des activités des buralistes est à la fois applaudie et critiquée, reflétant les complexités inhérentes à ce nouveau développement du commerce local.