Découvrez les génies derrière les bandes détournées à Bordeaux ! 🌿

Philippe DONNART


Jusqu’au 30 novembre, un bâtiment situé en bord de Garonne offre une expérience unique aux passants : douze planches d’une bande dessinée intitulée « Le Petit Guide de l’Effondrement » y sont exposées. Ce projet ambitieux est l’initiative de deux jeunes de trente ans qui souhaitent sensibiliser le public aux problématiques du dérèglement climatique, mais d’une manière originale et humoristique.

Le Petit Guide de l’Effondrement : une BD engagée qui fait rire

Émile Bertier et Yann Girard, les fondateurs de Bandes Détournées, sont des trentenaires conscients de la gravité de la situation climatique. Cependant, ils refusent de renoncer à rire et utilisent l’humour comme moyen d’expression dans leur maison d’édition. Leur dernière création, la BD « Le Petit Guide de l’Effondrement », est exposée jusqu’au 30 novembre à la Maison écocitoyenne de Bordeaux.

Les BD de Bandes Détournées sont des détournements de comics américains des années 1950-1960. Émile Bertier explique qu’il y a eu une faille dans les copyrights pendant quelques années, ce qui leur a permis de trouver des images libres de droits à détourner. Cette patine graphique offre un intérêt visuel particulier à leurs œuvres.

Dans « Le Petit Guide de l’Effondrement », on retrouve des personnages tels que Gigaman, un super-héros chargé de déplacer la Terre pour contrer le réchauffement climatique, ou Nancy, une internaute écologiste qui plante un arbre à chaque recherche sur son moteur de recherche.

Les deux auteurs s’inspirent de Michel Hazanavicius et de son film culte « La Classe américaine », ainsi que des situationnistes des années 60 qui détournent des romans-photos. Leur objectif est de parler d’écologie avec humour, alliant leur engagement politique de gauche à leur envie de rester des farceurs, sans sombrer dans l’anxiété.

Dans leur BD, ils pointent du doigt les hypocrisies de la lutte pour l’environnement, comme l’utilisation de glyphosate « sans huile de palme ni conservateurs » ou l’achat de gazole auprès d’un « petit producteur certifié commerce équitable ». Ces critiques rappellent l’humour satirique de la regrettée Claire Bretécher.

La Maison écocitoyenne de Bordeaux a sollicité Bandes Détournées via la fondation Surfrider pour la protection des océans. L’aspect humoristique de leurs travaux a particulièrement plu à la fondation. Les artistes ont même créé des planches spécialement pour cette exposition à Bordeaux, mettant en scène des situations liées au changement climatique dans la région.

En plus de cette exposition, Bandes Détournées a publié deux albums en 2019 et 2021, qui sont disponibles dans les petites librairies indépendantes. Ces albums sont un succès, et Émile Bertier affirme avoir vendu près de 20 000 exemplaires de « Koko n’aime pas le capitalisme » en 2022.

Pour financer leur prochain projet, « Le Royaume aux milles réformes », inspiré des jeux de rôle « livres dont vous êtes le héros », Bandes Détournées a lancé une campagne de financement participatif sur Ulule.

Les auteurs espèrent revenir à Bordeaux pour participer à l’événement Climax, mais reconnaissent qu’ils s’y sont pris trop tard cette année. En attendant, leur BD continue à faire rire et réfléchir les lecteurs sur la gravité de la crise climatique, sans pour autant les décourager.