Redevance prélèvement : l’agence Adour-Garonne investit dans l’eau !

Philippe DONNART


Suite à une décision prise par le comité de bassin, une augmentation des taux de la redevance de prélèvements a été votée. Cette hausse tarifaire concerne tous les usages et permettra de bénéficier d’une solidarité nationale. Grâce à cette mesure, une somme considérable de 100 millions d’euros sera récoltée afin de financer des projets qui ont pour objectif la préservation de la ressource en eau. Ce financement constitue une véritable manne financière et permettra ainsi de soutenir activement ces initiatives indispensables pour la sauvegarde de notre environnement et de notre patrimoine.

Une décision historique pour la politique de l’eau dans le bassin Adour-Garonne

« Il y aura un avant et un après, ce comité de bassin : nous avons pris ce mercredi 11 octobre, depuis Toulouse, une décision qui vise à accélérer la bifurcation agroécologique en nous donnant les moyens d’une véritable politique de l’eau », s’exclame Alain Rousset, président du comité de bassin Adour-Garonne. C’est depuis la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie que cette décision fiscale prometteuse a été annoncée.

Cette décision repose sur une solidarité nationale obtenue dans le projet de loi finances, mettant fin au « plafond mordant » de la redevance de prélèvement d’eau. Concrètement, le ministère de l’Économie renonce à sa part sur cette redevance, permettant ainsi à l’agence de l’eau Adour-Garonne d’utiliser l’intégralité des ressources pour financer des projets des collectivités locales.

Le comité de bassin Adour-Garonne, bras armé de l’Agence de l’eau Adour-Garonne, a voté un plan d’actions sur 10 ans pour contrer les prévisions sur la disponibilité en eau. Après une sécheresse inédite en 2022, il est crucial d’investir dans des mesures visant à réduire le déficit en eau.

Cette stratégie fiscale repose également sur une augmentation des taux de prélèvement de l’agence. Ainsi, les particuliers verront une hausse de 20% de la redevance prélèvement, les usages industriels une hausse de 50%, les centrales nucléaires une hausse de 80% et les usages agricoles une hausse de 40%. Cette augmentation des taux permettra à l’agence de l’eau de générer des recettes supplémentaires, soit 9 millions d’euros par an pour les particuliers et 13 millions d’euros par an pour les usages agricoles.

Ces ressources supplémentaires seront principalement consacrées à accélérer la planification écologique via la politique de l’eau. Les collectivités territoriales pourront bénéficier de financements pour moderniser les stations d’épuration, réutiliser les eaux usées, stocker l’eau, dépolluer l’eau, interconnecter les réseaux entre communes et favoriser les économies d’eau. Il est crucial d’investir dans ces projets pour atteindre l’objectif de réduction des prélèvements de 10% d’ici 2030, tel que voté par le comité de bassin.

Suite à la sécheresse exceptionnelle de l’été 2022, des mesures ont été prises pour éviter les ruptures d’approvisionnement en eau potable. Des investissements ont été réalisés pour renforcer la sécurité et la sobriété en eau. Le nombre de communes en rupture d’approvisionnement a déjà diminué de moitié, passant de 200 en 2022 à 100 en 2023. De plus, un appel à projet de 20 millions d’euros a été lancé pour lutter contre les fuites sur les réseaux.

La situation des nappes phréatiques reste préoccupante, malgré les pluies de mai. Cependant, grâce aux mesures mises en place et aux investissements réalisés, le bassin Adour-Garonne est relativement épargné par rapport à d’autres régions.

Cette décision historique du comité de bassin Adour-Garonne marque un tournant dans la politique de l’eau au niveau national. Elle permettra d’accélérer la transition agroécologique et de garantir une meilleure gestion de la ressource en eau dans la région. Les investissements prévus aideront à renforcer la sécurité et la sobriété en eau, tout en préservant l’environnement. Il reste encore beaucoup à faire, mais cette décision est un pas important vers un avenir plus durable.