Réseau d’eau en Dordogne : économisez la ressource en le renouvelant ! Cliquez maintenant !

Philippe DONNART


Jusqu’en mars, le syndicat Eau Cœur du Périgord est actuellement engagé dans des travaux de rénovation des canalisations d’eau potable dans les régions rurales. Leur objectif est de réaliser des économies d’eau considérables, l’équivalent de 12 piscines olympiques par an.

Un chantier majeur pour la préservation de l’eau en Dordogne

Au bord de la route, les travaux sont bien visibles. Une large portion de terre a été retournée sur plusieurs kilomètres. Ces travaux témoignent de l’importance accordée à la préservation de l’eau. Le jeudi 5 octobre, le syndicat Eau Cœur du Périgord, responsable de la gestion de la ressource sur une partie du Grand Périgueux et des communes environnantes, a organisé une visite de chantier à Creyssensac-et-Pissot et à Chalagnac, en Dordogne. Ce chantier a débuté en août dernier.

Ce projet de grande envergure consiste en un renouvellement des canalisations sur une distance totale de 35 km d’ici mars 2024, pour un montant de 4,2 millions d’euros. L’objectif est de réduire les fuites et ainsi économiser environ 30 000 m³ d’eau par an, ce qui représente l’équivalent de 12 piscines olympiques.

Bien que ces travaux ne représentent qu’une infime partie du réseau géré par le syndicat, qui compte au total 3 500 km de canalisations, ils sont d’une grande importance. En effet, les rendements varient considérablement entre les zones rurales et les zones urbaines. Les zones rurales, avec de longs linéaires de canalisations pour peu d’usagers, sont plus sujettes aux fuites, tandis que les zones urbaines, avec une densité de population plus élevée, limitent l’impact des fuites.

Le syndicat Eau Cœur du Périgord s’est fixé pour objectif de renouveler chaque année 2% du réseau, ce qui permettrait d’atteindre un rendement moyen de 85% d’ici 70 ans, contre 75% actuellement. Cette démarche vise non seulement à faire des économies, mais aussi à préserver l’environnement et répondre aux enjeux sociétaux. En effet, les sécheresses récurrentes dans la région rappellent l’importance de cette ressource précieuse.

Lors de la visite du chantier, Chloé Nicolas, responsable du service de l’eau du Grand Périgueux, a souligné la vulnérabilité de la source de Sainte-Marie-de-Chignac, qui alimente ces villages. Elle a également fait part des inquiétudes récentes liées à la disponibilité de cette ressource. Stéphane Dobbels, président du syndicat Eau Cœur du Périgord, a ajouté : « Tant que l’eau était abondante, on ne se posait pas la question ».

Ces travaux de renouvellement des canalisations sont donc essentiels pour assurer un approvisionnement en eau durable dans la région, en prévenant les fuites et en préservant cette ressource si précieuse. Ils témoignent de l’engagement du syndicat Eau Cœur du Périgord pour la préservation de l’eau en Dordogne.

D’autres communes telles que Saint-Mayme-de-Péreyrol, Saint-Michel-de-Villadeix, Salon, Veyrines-de-Vergt, Douville, Brouchaud, Sanilhac, Lacropte, Limeyrat et Cubjac bénéficieront également de ces travaux de rénovation de canalisations, dans le cadre de ce projet ambitieux.