Pompiers et cancers : Protégeons ceux qui nous protègent !

Philippe DONNART

Pompiers-et-cancers

Maj le 22 octobre 2023


Lorsqu’ils interviennent, les pompiers sont fréquemment confrontés à une grande variété de substances chimiques. En effet, leurs missions consistent souvent à éteindre des incendies, à maîtriser des accidents chimiques ou à effectuer des interventions d’urgence. Ces situations d’urgence peuvent les exposer à des produits chimiques potentiellement dangereux pour leur santé. Ainsi, les pompiers doivent être particulièrement prudents et bien préparés lorsqu’ils interviennent sur des incidents impliquant des produits chimiques, car ces derniers peuvent être toxiques, inflammables ou corrosifs. Par conséquent, une connaissance précise des risques associés à chaque substance chimique est indispensable pour pouvoir intervenir en toute sécurité. Les pompiers doivent également être équipés de tenues de protection spéciales, telles que des combinaisons étanches, des masques respiratoires ou des gants, afin de minimiser leur exposition aux produits chimiques.

En plus de ces mesures de protection individuelle, des mesures collectives doivent également être prises pour limiter les risques, comme la mise en place de zones de confinement ou la ventilation des lieux d’intervention. Ainsi, bien que les pompiers jouent un rôle essentiel dans la sécurité publique, ils doivent faire face à de nombreux risques lors de leurs interventions impliquant des produits chimiques. Cette réalité souligne l’importance de la formation continue et de l’équipement adéquat pour garantir leur sécurité et leur santé au travail.

Pompiers-et-cancers

Les pompiers face aux risques de cancer : de nouvelles mesures pour leur protection

Dans le domaine de l’épidémiologie, une question préoccupante se pose depuis l’année 2003 : les pompiers sont-ils plus vulnérables aux cancers en raison de leur exposition lors des interventions ? Le Colonel Norbert Berginiat, vice-président de la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France (FNSPF), souligne que certaines nouvelles technologies, telles que l’utilisation de retardants dans les mousses, sont essentielles pour leur mission, mais qu’elles engendrent également de nouveaux risques qui doivent être pris en compte. Il est donc nécessaire de changer les méthodes opérationnelles pour assurer la protection des pompiers.

« Actuellement, il n’y a pas encore d’études spécifiques en France, mais il est reconnu que deux types de cancers doivent être considérés comme des maladies professionnelles : le cancer du poumon et celui de la vessie. »

Colonel Norbert Berginiat, vice-président de la FNSPF

Une lueur d’espoir apparaît avec le Centre International de Recherche sur le Cancer, une agence de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui a établi officiellement un lien entre cancer et exposition aux dangers rencontrés par les pompiers lors de leurs interventions. Une avancée significative dans le combat pour la reconnaissance des maladies professionnelles.

Afin de protéger les pompiers contre les risques de cancer, de nouvelles mesures ont été mises en place. Auparavant, l’appareil respiratoire était utilisé uniquement lors des phases « d’attaque » où les flammes étaient présentes. Désormais, il est obligatoire dès le début de l’intervention, car les études épidémiologiques ont démontré que les matériaux encore brûlants libéraient des produits chimiques potentiellement dangereux. De plus, après chaque intervention, les pompiers passent par une phase de « reconditionnement » pour éviter la propagation de substances toxiques dans leurs casernes ou domiciles. Ce processus comprend le déshabillage sur place, un lavage des mains, du visage et des vêtements.

Concernant l’obligation de la mise en place de ces nouvelles mesures, le Colonel Berginiat précise que chaque service départemental de pompiers est indépendant et met en place progressivement ces recommandations en fonction de ses possibilités. Néanmoins, de nombreux départements ont déjà adopté ce système de protection ou sont en cours de le mettre en place.

Les pompiers bénéficient également d’un suivi médical plus attentif, comprenant des visites régulières et la présence du service de santé lors des incendies importants. Des questionnaires et des examens spécifiques sont également réalisés après chaque intervention. Ces mesures de suivi sont indispensables car les cancers liés à l’exposition aux produits chimiques peuvent se développer des années après l’intervention.

En résumé, les avancées dans le domaine de la prévention et de la prise en compte des risques auxquels sont confrontés les pompiers sont encourageantes. La reconnaissance des cancers comme maladies professionnelles et la mise en place de mesures de protection adaptées sont essentielles pour garantir la santé et la sécurité de ces héros du quotidien.